Archive | août 2020

Et après?

30 août 2020

1 Commentaire

Que se passera t’il une fois que la chouette d’or aura été déterrée?

Beaucoup d’incrédulité de mauvaise foi et de méchanceté.

D’abord 2 ou 3 mois pour croire à la nouvelle: la vraie nouvelle sera reléguée au rang de fausse nouvelle.

Loin de réconcilier du monde, la résolution du jeu amènera à une vague de démarches juridiques, de procès et de piétinements pour la restitution de l’objet et les divers passages de relais. Les ayants-droits, éditeurs, et A2CO feront tout le nécessaire pour faire valoir leurs intérêts particuliers.

Puis il y aura les procès de tous les « malades mentaux » du jeu, les frustrés, les aigris, les grands cerveaux (à défaut d’être bien fait), les yoyos (ttc: 98% des chouetteurs selon un dernier sondage anal), qui s’amuseront par jalousie à ouvrir des procédures ou des procès d’intention contre l’inventeur.

Ce dernier sera d’ailleurs la victime triste d’un effroyable harcèlement de toute part: on l’accusera de triche, on l’accusera d’avoir puisé des solutions largement partagées sur internet, on l’accusera d’avoir prévenu le frère de sa belle soeur qui aura été le répéter au voisin du 6ème, sa boite mail sera spamée, ses pneus seront crevés, on kidnappera ses proches… bref la traque à la chouette laissera place à une traque à l’homme, dont le pauvre gars s’il a le malheur de s’en sortir, ne le fera qu’avec d’horribles séquelles psychologiques.

Car ce pauvre gars, qui a triché, rappelons-le, qui n’est pas un vrai car il n’a pas vu le jour suffisamment tôt, pensait résoudre un défi rigolo, et voici qu’il devient l’homme le plus détesté de l’hexagone.

Mais oui, la jalousie l’emporte sur les bons sentiments.

Et une fois que les solutions seront publiées?

Là ce sera pareil, il y aura une cascade de mauvaise foi et de bêtise:

 » Ouais bah les solutions sont complètement capillotractées « 

 » ouais bah les solutions sont tellement simples que mon neveu de 3 ans aurait pu le faire « 

 » mes solutions étaient encore plus élégantes que la chasse de Max Valentin « 

 » c’était sa première chasse, alors il y a des défauts! « 

 » ça respecte pas les canons d’une chasse au trésor! « 

 » personne n’aurait pu y arriver seul, heureusement qu’il y avait des solutions partagées « 

 » elle a triché: elle a du avoir accès aux solutions par les descendants ou Becker. « 

  » L’ensemble des solutions ça va mais la 580 franchement il a merdé «  

 » les Madits ne correspondent absolument pas aux solutions, moi je travaillais à partir des Madits, alors forcément… »

 » il a eu de la chance, j’ai étudié à fond ces pistes, ces énigmes, 27 ans que je connais le jeu, j’ai bac +8, je suis dôôôcteur, et ça m’a échappé. Il a eu de la chance… »

Allez bonne chance, frérot.

W. F.

 

 

“470” – le Premier Pas du Sage vers l’Eternité.

21 août 2020

0 Commentaire

 

Composition de l’énigme:

  • Partie écrite:

12 lignes (titre compris),

100 mots .

Titre en 2 lignes de 6 et 7 mots

 41 lettres.

Les lignes 1, 2, 4 et 6 de la charade sont composées de 7 mots.

Le 3ème vers de la charade et la dernière ligne sont composés de 11 mots chacun.

Le 5ème vers de la charade est composé de 12 mots et 44 lettres.

Le vers “Mon Huitième” est composé de 7 mots et compte 27 lettres.

Le vers “Mon Neuvième” est composé de 9 mots.

Le vers “Mon Onzième “ est composé de 6 mots et 27 lettres.

Le vers “Mon tout” est séparé de la charade par un saut de ligne.

  • Partie visuelle:

Couleur rouge dominante – Epée – Rocher – Montagnes.

Le décryptage:

  • Le noeud de départ:

Une seconde charade et un titre qui nous met en garde.

  • La méthode du décryptage:

La charade joue avec le nom, les sonorités et la forme des lettres de l’alphabet:

 

“Mon Premier par la gaité se multiplie.” Il s’agit du rire, souvent exprimé par “ahah”, on retient la lettre “A.

“Mon Second t’offre de l’espace” Il s’agit de marquer une pause par “l’absence de lettre”.

“Mon Troisième de l’air, et mon Quatrième de l’eau.” Il s’agit de la lettre “R” et de la lettre “O”.

“Quand il est couché, mon Cinquième ronfle.” Le ronflement s’écrit “Zzz”. Renversé, il devient “N”.

“Mon Sixième vaut cent, et mon Septième n’est qu’un noeud.” Encore une fois le contexte latin nous aide: la lettre “C” exprime la centaine à Rome. Le septième se découvre en soustrayant la liaison entre “un” et “noeud”, il en résulte “oeu” soit la lettre “E”.

“Mon huitième a le goût du laurier,”. Les lauriers sont un attribut de la victoire, l’initiale autant que la forme en “u” des couvre-chefs tressés couronnant les vainqueurs nous suggèrent la lettre “V”.

“Tandis que mon Neuvième, par l’étonnement, se traîne.” L’étonnement peut s’écrire “Aaah”, “A”.

“Mon Dixième est toujours nu quand il a une liaison.” En français lorsqu’on prononce une voyelle après un mot s’achevant par une consonne muette, on réalise une liaison sonore. La lettre “U” se prononce “NU” quand on lit “Un u”.

“Mon Onzième, enfin, est l’inconnue.” En mathématiques, la lettre “X” exprime une donnée inconnue.

La solution du décryptage:

A RONCEVAUX” est le tout de la charade.

L’interprétation:

  • Les Nombres.

Le nombre en-tête de l’énigme rappelle la valeur du pas (47 est 74 à l’envers) trouvée précédemment. Roncevaux est un toponyme localisé à Orreaga en Espagne: cette ville se trouve à 33 degrès ouest de Bourges direction sud, si l’on retourne notre carte comme indiqué par le visuel de la 780.  Enfin la bataille de Roncevaux, s’est produite selon l’historiographie traditionnelle en 778, une valeur extrêmement proche de l’opération 74 x 10,5=777. Valeur confirmée si on procède inversement: 778/10,5=74.

Du côté du visuel, l’épée mesure 8,5 cm en longueur et 3,5 en largeur. Or 8,5 x 3,5 = 3074. Ce nombre lu en deux valeurs, 30 et 74, semble être une confirmation de la mesure trouvée précédemment: le pas et le pied latins de Rome. Le pas a une valeur équivalente à deux pieds et un demi-pied: si 2P +1/2P = 74 cm alors P = 29,6 cm arrondi à 30cm.

  • Aimant.

Le rocher du visuel inscrit l’énigme entre la précédente et la suivante.“Rocher” est le quasi anagramme du mot “Cocher”. Le fait qu’une épée soit plantée dans le rocher illustre visuellement l’expression “Pierre qui hume le fer”, nom littéral donné à l’aimant au Haut Moyen-Âge et qui se rapporte donc à la boussole précédente. Quand on parle de combat à l’épée on peut parler de “croiser le fer”, ou encore d’”aiguille”, rapport à l’énigme 780.

  • Fermeture d’un tryptique de 3 énigmes…

Sur une carte de France, la distance qui sépare Bourges de Roncevaux est de 53 cm soit 530 km. Ce nombre signale l’accomplissement d’un cycle de 3 énigmes depuis la 530, l’ouverture qui commençait à Bourges. Le ré-emploi d’une charade comme en 530 souligne l’idée que la 530, la 780 et la 470 forment un cycle de 3 énigmes. Ce fonctionnement par cycle de 3, permet de valider nos raisonnement  et nos résultats d’une énigme à l’autre, en vérifiant leur cohérence et leur bon enchainement.

Justement le texte de la charade est rédigé en 100 mots très précisément. En plaçant ces items dans une grille 10×10 et en extrayant le mot de la 4ème colonne, 7ème ligne, (Dans les visuels des énigmes précédentes nous avions trouvé 3 mots formant l’ensemble: LUX A 7-4 c’est-à-dire en latin, lumière à 7-4) on trouve “LAURIERS”: une indication prometteuse car liée à la divinité d’Apollon mais pouvant aussi se lire “L’Or y est”, et validant a posteriori la valeur de notre mesure trouvée en 780.

  • … et ouverture d’un nouveau cycle ternaire…

Selon la même logique de quadrillage du texte, et par symétrie horizontale on trouve les correspondances suivantes: COEUR/LIAISON, BON CHEMIN/L’OUVERTURE, LA LUMIERE/LA FLECHE… Par association d’idée, et tenant compte du titre, nous pouvons en déduire que “la lumière” (la solution) se trouvera au bout de “la flèche” (direction). Cependant le “bon chemin” à suivre à l’issue de cette énigme est de repartir en direction de “l’Ouverture” c’est-à-dire Bourges. “Le coeur” correspond à la notion de “liaison” or, une énigme postérieure, la 600, parle d’alliance et fait paraitre une liaison dans son titre (Al-mar). On comprend donc que la solution de l’énigme présente se trouve en 600, selon un nouveau cycle de 3 énigmes.

  • PAS-SAGE de l’Antiquité au Moyen-Âge.

Roncevaux et la composition du visuel, nous transportent dans un autre contexte historique que l’Antiquité gréco-romaine. Deux liens sémantiques sont évidents: l’aiguille de la boussole en 780 devient l’”aiguille” “aiguisée” de l’épée, et le cheval en 780 devient ici le thème du chevalier dont l’emblème est cette longue épée à double tranchant figurant sur le visuel.

  • Vérité du mythe, véracité historique.

La bataille de Roncevaux est en effet un épisode célèbre de l’historiographie française, mais qui relève davantage de la légende forgée grâce à sa production littéraire qu’à la réalité historique. La chanson de Roland a été composée au XII° siècle alors que la bataille a eu lieu au VIII° siècle, le 15 août 778. Les sources qui nous permettent de connaitre le fait historique sont très minces et principalement d’origine arabe. Avec la VITA CAROLI d’Eginhard, elles s’inscrivent en porte-à-faux avec le mythe. Sa production s’inscrit en effet dans le contexte des croisades du XI° et du XII° siècle, mais au VIII° siècle Charlemagne ne luttait pas contre des Sarrasins (musulmans) mais contre des Vascons (chrétiens) menés par le roi Marsile. Plus important encore: il n’existe aucune trace historique et avérée de l’existence du Chevalier Roland à la cour de l’Empereur. Ce personnage fictif est hérité de légendes d’une tradition pré-chrétienne répandue de part et d’autre des Pyrénées. Dans ces contes locaux, Roland est un géant qui marque le paysage lors de ses déplacements: on parle ainsi des “pas” de Roland, de la marque du sabot de son cheval, de telle crevasse due à son courroux…  Autant de possibilités relevant de la légende: la fausse piste principale est celle de Rocamadour.

Toutefois, on peut se fier au courage de Roland, car l’étymologie de ce nom rejoint celle du coeur. De plus l’environnement montagneux et évoquant des forets de pins du visuel semble considérablement inspiré du poème le Cor, d’Alfred de Vigny, publié en 1826 dans ses Poèmes Antiques et Modernes:

« A l’horizon lointain fuit l’étendard du More.

Turpin, n’as-tu rien vu dans le fond du torrent ?
J’y vois deux chevaliers : l’un mort, l’autre expirant
Tous deux sont écrasés sous une roche noire ;
Le plus fort, dans sa main, élève un Cor d’ivoire,
Son âme en s’exhalant nous appela deux fois.

Dieu ! que le son du Cor est triste au fond des bois ! »

 

A. de Vigny,

Poèmes Antiques et Modernes, 1826.

 

  • La légende Arthurienne.

Le mot légende signifie “ce qui doit être lu”. En passant d’un contexte Antique classique à un contexte médiéval à nos yeux fantaisistes, Max Valentin ne quitte pas pour autant le fil directeur qui consiste en un voyage littéraire.

L’épée de type médiévale plantée dans un rocher évoque quand à elle la légende arthurienne de la Table ronde. Or l’un des poètes fondateur du genre est Chrétien de Troyes, dont le nom est symbolisé par l’épée croisée du visuel et évoque les valeurs trouvées dans l’énigme précédente.

Chrétien de Troyes (1135 – 1190) est notamment l’auteur d’un Mors de l’Espaule, or le Morse est un animal qui apparait dans les énigmes postérieures. Il a aussi composé un Philoména qui raconte les amours tragiques de Térée, et le mot terre apparait dans la 11ème énigme. Il est l’auteur du chevalier à la charrette, représentée dans la 780. Enfin il est l’auteur d’un Conte du Graal.

  • La quête du Graal.

Dans le monde fantaisiste de la légende arthurienne, les chevaliers sont à la quête du Graal, calice mythique ayant recueilli le sang du Christ. Selon la légende, l’ange Lucifer ( le porteur de lumière) après avoir manifesté une puissance orgueilleuse, est chassé du Ciel. Durant la chute de Lucifer, l’archange Saint-Michel atteint de son épée la couronne de l’ange déchu, de laquelle tombe une Pierre précieuse verte. Cette émeraude est le calice qui sert à récolter le sang du Christ sur la croix: à ce moment ce réceptacle se transforme en Rubis et assurera la vie éternelle à son possesseur. Le SanGraal est un horizon chrétien, chevaleresque et herméneutique puissant de la tradition symbolique occidentale.

  • Jeux de mots et de sonorités.

La Flèche qui vise le Coeur indique un changement de direction, vers un lieu qui reste à identifier. Cette direction vise l’ouverture: Bourges car le Coeur de Roland se trouve à Aix-La-Chapelle, dont Charlemagne a fait la capitale de son empire et qui prolonge l’axe Orreaga-Bourges.

  • Ne pas s’attarder.

En début d’énigme nous partions de Bourges et nous devions trouver un point de chute; nous nous situons à Orreaga en Espagne ou à Roncevaux. Mais comme le dit l’énigme suivante, il ne faut pas s’attarder dans ce lieu: le titre nous met en garde contre un piège, et nous invite à prendre une autre direction en reconsidérant notre parcours.

Lieu de départ:

Bourges

Lieu d’arrivée:

Orreaga (Espagne) – 1er PASSAGE effectué entre Bourges et Orreaga.

Les correspondances:

La charade est composée de 11 entrées, le nombre d’énigmes publiées dans le livre. Chaque entrée est donc susceptible d’entretenir une relation avec une des énigmes de la chasse. Nous verrons toutefois que l’énigme 470 entretient un rapport particulier avec l’énigme 560, par la référence littéraire (Charlemagne), et aussi 650, par le visuel (L’épée de la 470 est représentée en effet selon le même axe et la même longueur que la pelle de la 650.) et le résultat.

Le fil directeur:

Le laurier est consacré à Apollon ainsi que la flèche du titre qui est un autre attribut encore non rencontré du dieu Apollon. Ses flèches représentent dans la symbolique solaire, les rayons de lumière qui  en frappant le sol font germer la vie sur terre. Dans sa fonction médicale, la flèche symbolise aussi le poison (référence au caducée) qui peut s’immiscer en chaque être vivant par le biais de maladies pernicieuses.

  • La symbolique de l’épée: âme, lumière, ascension.

L’épée renvoie aux symboles des énigmes précédentes: elle rappelle que les yeux sont le miroir de l’âme (lire lame), elle rappelle aussi le pont de lumière qu’était l’arc-en-ciel. Une lame est d’ailleurs un instrument employé en optique pour dériver un rayon lumineux: or cette énigme nous invite à dévier de notre route intuitive pour un emprunter une autre. 

La lame est aussi un terme employé en musicologie : dans un instrument elle est en effet la partie qui permet en vibrant d’émettre un son. La vibration lumineuse entretient alors une correspondance avec la vibration sonore.

L’un des passages du Chevalier à La charette de Chrétien de Troyes, met d’ailleurs Lancelot en épreuve face à la traversée d’un pont fort périlleux, car il s’agit justement d’une épée:

Leur droit chemin vont cheminant, tant que le jour va déclinant, et arrivent au pont de l’Epée, après la Neuvième heure, vers la soirée. Au pied du pont qui est fort dangereux, ils descendent de leurs chevaux et voient l’onde traitresse; rapide et bruyante, noire et épaisse, aussi laide et épouvantable que si ce fût le fleuve du diable, si périlleuse et si profonde qu’il n’est aucune chose au monde, si elle y tombait qui ne fût engloutie, tout comme la mer salée.(…)

C. De Troyes, Le Chevalier à La charette.

Cette passage empreint de fantaisie revêt une symbolique morale : Lancelot s’élance sans crainte et réussit l’exploit de la traversée. Cette traversée symbolise la quête de vérité vers le Graal, donné qu’à celui qui saura surmonter les épreuves, les rites d’initiation, les rituels de passage.  Ainsi le passage du pont de l’épée s’inscrit dans la continuité du cheminement vers la Lumière.

Il est intéressant aussi de noter qu’un des emplois du terme « lame », vieilli mais employé dans son Chevalier à la Charrette par Chrétien de Troyes sert à désigner une pierre tombale (vers 1176-1181). Or nous sommes bien à la recherche de la tombe de la chouette comme l’appellent les chouetteurs. Un terme qui n’est pas anodin, car il sera suggéré en 650 par l’action de pelleter mais surtout en 520 par une référence littéraire directe.

  • Clin d’oeil:

Dans la tradition biblique l’archange Saint-Michel a hérité des caractéristiques païennes des Dieux Apollon et Mercure: ailé, associé à la lumière divine et psychopompe, il mène les âmes des morts au Paradis, son attribut est l’épée avec laquelle il a vaincu le mal souvent représenté par un Serpent ou un dragon. Il est aussi le Saint qui guérit les aveugles. 

Le Pied du roi dit de “Charlemagne” vaut 0,325 cm,  une donnée pouvant s’arrondir à 33, une des deux valeurs de notre mesure musicale. Néanmoins il faut s’en méfier et ne pas pousser le raisonnement plus loin en ce sens, car cette valeur est auréolée de duplicité.

Reliquats:

De façon générale la distribution des paragraphes, des lignes, des mots et des lettres a fait l’objet d’un grand soin dans cette énigme, preuve en est la composition en 100 mots exactement. Dans la solution le “À” n’est pas nécessaire pour comprendre RONCEVAUX.

Mon quatrième puis mon troisième se lisent “Or”.

A (lettre)

17 août 2020

0 Commentaire

A, cf. ALPHA, ALPHABETANGERS, COMPAS, ÉQUERRELA, NEUVIÈME : 1ère lettre de l’Alphabet. Dans la chasse elle revêt plusieurs significations. On retrouve la forme de la lettre A dans le dessin du compas de l’énigme 500 ou du visuel de la 420. Le A se rapporte alors aux symboles maçonniques de l’équerre et du compas. Elle se rapporte aussi à une ville à partir de la 580, Angers, et code le chiffre 0 ou la note La, qui est la 6ème note de la gamme de musique à partir de Do. Elle est désignée par l’Alpha romain dans la 530 et constitue la solution de mon Premier et de mon Neuvième de la 470. Répétée de façon apparemment superflue dans cette dernière énigme, elle constitue un reliquat important permettant de localiser la cache, en indiquant les informations d’orientation et de distance à partir des repères du site final.

Glacé

16 août 2020

0 Commentaire

GLACE, Cf. MIROIR: Terme unique rencontré en 560, outre le fait qu’il qualifie le terme géographique « septentrion » et en souligne la localisation nordique, ce terme fait référence à la symbolique du miroir déjà rencontrée en “B” et en 580. Il est un effet une “glace” de verre, dans laquelle on voit sont propre reflet, il est aussi un des symboles les plus appréciés en tant que Vanité à la Renaissance, notamment chez les peintres: sa réalisation, technique, reflète le génie de l’artiste. Il symbolise la fragilité de la vie terrestre et la fuite du Temps. À cette époque, le miroir convexe, prend la forme de boules de verres dans les représentations, thème issu d’un roman du XIVº siècle de Guillaume Deguilesvilles intitulé “le pélerinage de la Vie Humaine”. Dans ce roman le personnage principal a une vision du royaume céleste à travers une grande Glace: la métaphore chrétienne de la vérité apparait en substance. Cette analogie entre le miroir et la vérité a constituée un topos littéraire, notamment chez les romantiques du XIXº siècle, épris de nostalgie et donc de regard mélancolique vers le passé, alors que les naturalistes souhaitaient une littérature vraie comme si on promenait un miroir le long du chemin. Ce miroir convexe a aussi une autre utilité, pour le pélerin ou le scientifique, comme pour l’auteur lucide sur son temps et le chouetteur: il agit comme un prisme et agrandit la réalité. Ici l’envers et l’avers du 9ème vers de la 530, prend son sens dans la réduction d’échelle que les villes (disposées en miroir) nous permettent d’effectuer.

 

Mathiassenmcintyre71 |
Thegamingcenter |
Paxfabrica |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les jeux videos en france
| Meltinictai
| Gallegos62greve